( Pardon mais je n'ai pas trop le temps ce soir de tout relire pour améliorer la présentation.
J'ai mis en gros ce qui me frappe le plus.)

Le système éducatif finlandais est considéré comme le meilleur de ceux qui ont été évalués par l'enquête internationale PISA en 2003.

finlande

Le système éducatif finlandais se fonde sur une école primaire polyvalente de 9 années obligatoires  que les élèves rejoignent à l'âge de 6 ou 7 ans. Après avoir quitté cette école à l'âge de 15 ou 16 ans, ceux qui désirent continuer leurs études ont le choix entre l'école secondaire supérieure (lukio) et l'école professionnelle (ammatillinen oppilaitos, yrkesinstitut).

De 2 ou 3 ans jusqu'à 6 ans, les enfants vont dans des jardins d'enfants qui peuvent les accueillir jusqu'à 9 heures par jour. Certains jardins d'enfants sont ouverts 24h/24 pour les parents qui travaillent de nuit.
L'accent y est mis sur le jeu et beaucoup moins sur des apprentissages scolaires
Le personnel des jardins d’enfants a souvent une formation universitaire, il y a une très grande compétence en ce qui concerne les activités d’apprentissage. I
En fait, on développe au jardin d’enfants des compétences similaires à celles qui ailleurs sont apprises dans les écoles maternelles.

Le système éducatif finlandais est un système égalitaire. La scolarité est gratuite pour les étudiants à temps plein et cette gratuité s'étend à la cantine pour les écoles primaires et secondaires.

Durant toute l'école fondamentale (peruskoulu) de 7 à 16 ans, toutes les fournitures scolaires sont gratuites et fournies par les établissements scolaires.

Les élèves qui habitent loin de l'école — à plus de 5km — peuvent demander le remboursement de leur frais de transport.

Des dispositifs sont prévus pour les élèves en difficulté à besoins éducatifs spéciaux qui sont alors regroupés dans des classes à effectifs très allégés (10 maxi) avec des professeurs spécialisés.

Les élèves qui ont des difficultés d'apprentissage peuvent aussi bénéficier, au sein de leur établissement, de l'aide d'un professeur spécialisé , qui peut venir dans un cours pour le guider ou bien travailler avec lui séparément.

Les écoles rurales peuvent avoir des effectifs très faibles et sont très bien dotées de nouvelles technologies pour limiter l’isolement et permettre le contact avec les autres écoles du pays (en Laponie par exemple).

Le système finlandais a également pris en compte le bien-être des élèves avec des locaux agréables, un environnement chaleureux et accueillant où règnent la décontraction mais aussi l’auto-discipline ainsi que le respect des lieux et des autres, tout ceci pour éviter stress, bruit et fatigue inutiles.

Il nous faut souligner également un taux d’encadrement particulièrement élevé : 4 adultes pour 12 enfants au jardin d’enfants ! Cela fait rêver …
Ensuite, les classes sont généralement de 20 élèves, parfois 25.

 

Comment expliquer cette différence dans le taux d’encadrement, alors que la France et la Finlande consacrent globalement le même budget à leur système éducatif ? Par l’absence des secteurs budgétivores que sont la vie scolaire, les corps d’inspection et d’administration surchargés par la paperasserie ?
La gestion du secteur est décentralisée : si le gouvernement décide des objectifs nationaux en matière d’éducation, ainsi que des horaires disciplinaires ; s’il contrôle la qualité de l’enseignement dispensé et l’examen national, la gestion des établissements est laissée aux municipalités.
Quant à la profession, elle jouit en Finlande d’un prestige qui a disparu chez nous depuis des lustres !!! Les professeurs sont considérés comme des spécialistes dans leur discipline et respectés en tant que tels.
Si les salaires sont à peu près identiques à ceux des autres pays comparables, le pays attache une grande importance à son éducation et à ceux qui sont chargés d’en assumer la charge. Le recrutement se fait au niveau master avec une formation pédagogique, mais il n’y a pas de concours puis de mouvement national : les professeurs doivent chercher leur poste, comme cela se fait dans les pays anglo-saxons / nordiques.
La charge de travail est identique à la notre, 20 séquences de 45 mn auxquelles il faut ajouter les conseils de classe et réunions diverses, ainsi que différentes tâches de la vie scolaire. En contrepartie, les professeurs bénéficient de conditions de travail matérielles exceptionnelles (locaux spacieux, matériel moderne, bibliothèques spécialisées, bureaux ...), de formation continue régulière et d’une liberté pédagogique totale. Ils jouissent d’une grande considération de la part de leur institution et de la société toute entière qui leur fait toute confiance pour assumer leur mission !!! On pourrait commencer par ça !!!

 

D'après l'enquête internationale PISA sur les systèmes éducatifs de l'OCDE, la Finlande obtient régulièrement les meilleurs résultats à l'échelle mondiale. En 2003 les élèves finlandais âgés de 15 ans figuraient au premier rang mondial au titre des compétences linguistiques et scientifiques, et étaient classés en deuxième position en termes de résolution de problèmes.

Les études s'interrogeant sur les motifs de ces très bons résultats mettent en avant la responsabilisation précoce des élèves, l'absence de stress dans un système qui ne connait pas le redoublement et la formation de qualité des enseignants.

La tâche principale des enseignants y est de repérer les aptitudes des enfants afin de déterminer le moment le plus propice pour commencer les apprentissages fondamentaux : pour certains ce sera la lecture dès 6 ans – cela reste exceptionnel – ou 7 ans, pour d’autres cet apprentissage sera reporté à 8 ans si l’enfant n’est pas prêt.

Le modèle finlandais, mythe ou réalité ?

Est-il en partie reproductible chez nous ?

Le père Noël habite-t-il en Finlande ?

 

 

 

 

(sources: wikipédia, cahiers pédagogiques , SNALC )